Les travaux et les jours : épopée magique

Certains films ont l’épaisseur et le mystère d’une forêt : un enchevêtrement de chemins, ouvrant de multiples pistes de récits, un environnement sonore omniprésent – bien qu’à peine audible, mettant le spectateur aux aguets, tel un oiseau perché dans l’arbre. La beauté du film de l’Américain C.W. Winter et du Suédois Anders Edström, Les Travaux et les Jours (de Tayoko Shiojiri dans le bassin de Shiotani), s’offre à qui veut prendre le temps de la recevoir : voici huit heures de cinéma, comme une journée de travail ou un cycle de vie si l’on préfère, avec ses rituels : cultiver la terre, entretenir les tombes, parler aux défunts et boire des verres, jusqu’au bout de la nuit.
Sur cinq saisons, entrecoupées d’intermèdes, les réalisateurs cartographient un village de montagne, au sud de Kyoto (ponts, rivières, poissons…), collectent un mode de vie en perdition, dressent le portrait d’une famille à laquelle ils sont intimement liés – surtout Anders, qui est le gendre de l’héroïne du film, Tayoko, agricultrice rompue à de multiples tâches, entre la maison, le jardin à cultiver, et son mari Junji malade, s’affaiblissant de jour en jour. Tout à la fois minimaliste et fourmillant de détails, Les Travaux et les Jours… a été récompensé de l’Ours d’or du meilleur film à Berlin en 2020.

– Séances –
jeudi 11 août : Partie 1 à 16h30 / Partie 2 à 20h30
Samedi 13 août : Partie 1 à 16h20
Lundi 15 août : Partie 2 à 17h00 / Partie 3 à 20h00

séances complémentaires sur la semaine du 17 août

LES TRAVAUX ET LES JOURS
De Anders Edström et C.W. Winter. États-Unis, Suède, Japon, Grande-Bretagne. 2020. VOST
Avec Tayoko Shiojiri, Hiroharu Shikata, Ryô Kase…
Partie 1 : 3h33
Partie2 : 2h10
Partie 3 : 2h28
« La première règle en agriculture est de ne pas chercher la facilité. La terre exige des efforts. » (Géorgiques, Virgile). Les Travaux et les Jours est une chronique qui raconte, au fil des saisons, le quotidien d’une agricultrice, Tayoko Shiojiri, dans un village des montagnes de la région de Kyoto, dessinant le portrait d’une femme, d’une famille, d’un terrain, d’un paysage sonore et d’un autre rapport au temps.