14 ans, premier amour

D’Andreï Zaytsev. Russie. 2017. 1h46. VOST. Avec Gleb Kalyuzhny, Ulyana Vaskovich… À partir de 14 ans !

du 24 au 30 mai

Tous les jours: 18h30

 

 Tels des Roméo et Juliette modernes, Alex et Vika vivent entre les réseaux sociaux, leurs collèges respectifs et les rues de Moscou. Alex et Vika sont deux adolescents parmi tant d’autres qui voudraient s’affranchir des lois qui les gouvernent : celles de leurs parents et celles des bandes rivales. Pour pouvoir être ensemble, ils devront surmonter beaucoup d’obstacles, désobéir évidemment mais surtout oser faire le premier pas…

Mon dieu que ça fait du bien ! Une incursion, tout en finesse, dans les premiers émois maladroits, attendrissants de deux ados. Pour peu qu’on soit en plein dedans (ou pas bien loin), ou qu’on ait gardé quelque chose de ces années- là, c’est un très beau miroir universel qui nous est tendu. De la douceur, de l’innocence mais aussi l’apprentissage de la douleur, c’est un peu le premier pied que l’on met dans l’âge adulte. Avec la certitude de tout réinventer et la ferme intention, en tous cas, de ne jamais reproduire les âneries de ces crétins d’adultes tous fatigués, tous plus ou moins blasés. Surtout ceux qu’on a sous la main, les profs et, évidemment, les parents.

Voici un film russe qui a plus des airs de comédie italienne que de sombre drame social russe. Avec un rare talent d’équilibriste, Andreï Zaïtsev parvient à amuser, émouvoir, faire trembler sans jamais, à aucun moment, verser dans la mièvrerie. Il dessine sa belle chronique adolescente avec une fraîcheur revigorante, accompagnée par une B.O. éclectique et énergisante, mais aussi et surtout avec infiniment de sérieux. Sans hauteur, sans jugement sans idéalisation excessive non plus il nous entraîne avec ses jeunes héros dans les méandres familiers d’une éducation sentimentale à l’heure d’internet, de la 4G et de la communication instantanée. Et la seule certitude que l’on puisse en tirer, c’est que, définitivement, de ce côté-là, qu’importent les révolutions, technologiques, rien ne change jamais vraiment : on n’est pas trop sérieux quand on a 14 ans !

Bande annonce ICI