200 mètres

De Ameen Nayfeh. Palestine. Jordanie. Qatar. Suède. Italie. 2020.
Avec Ali Suliman, Anna Unterberger, Lana Zreik …

Séances du 16 au 22 juin

Mer : 11h30 – 20h50
Jeu : 12h00 – 19h45
Ven : 11h30 – 20h45
Sam, Dim : 11h00 – 20h50
Lun : 11h30 – 17h30
Mar : 12h00

<<<>>>

Jeudi 17 juin à 19h45
Séance suivie d’un débat
avec le Collectif 21 pour une paix juste et durable
entre israéliens et palestiniens

«Une séparation forcée est une souffrance énorme. 200 Mètres est mon histoire, celle de milliers de Palestiniens, et les histoires peuvent définitivement bouleverser des vies. Je crois au pouvoir du cinéma, à sa façon de nous affecter comme par magie. J’ai eu besoin de raconter cette histoire. Les images du Mur, des checkpoints ou des soldats sont probablement ce qui surgit en premier lorsque l’on parle de la Palestine. Bien que ces images soient dans le film, j’ai préféré me concentrer sur ce qu’une séparation produit chez nous, en tant qu’êtres humains, et mettre un peu plus en lumière ces obstacles et murs invisibles plutôt que les barrières physiques.»
Alors qu’il est très difficile de réaliser des films en Palestine, ce premier long-métrage d’un jeune réalisateur palestinien, inspiré de son propre vécu, combine un intérêt presque documentaire avec une bonne dose de suspense et une mise en scène sobre et efficace. 200 mètres peuvent devenir 200 kilomètres quand des murs vous séparent et que le bon sens disparaît. C’est ce que montre le premier long-métrage du réalisateur palestinien Ameen Nayfeh.
200 mètres, un road movie ancré dans un contexte de drame familial et social, raconte l’histoire d’une famille palestinienne scindée par le mur de séparation construit par les Israéliens en Cisjordanie, et l’odyssée d’un père pour rejoindre son jeune fils, blessé dans un accident, de l’autre côté de la barrière.

Bande annonce

Dossier de presse