À l’abordage

De Guillaume Brac. France. 2021. 1h35. Avec Éric Nantchouang, Salif Cissé…

Attention dernière séance :
Dimanche 1er août à 12h30

À l’abordage commence de manière assez classique avec le jeune Felix qui, un soir d’été parisien, a un crush pour Alma. Laquelle Alma, ça tombe mal, part en vacances dans la Drôme dès le lendemain ! Et voilà l’optimiste et peut-être un peu présomptueux Felix qui décide de rejoindre sa belle sans juger utile de la prévenir. Embarquant au passage son ami Chérif, le bon copain un peu bouboule de service, histoire que la balade estivale soit plus drôle. Les deux amis vont se rendre dans la Drôme avec un chauffeur de co-voiturage, Edouard, un vrai fils à sa maman vite moqué par les deux compères… Toujours est-il que le trio s’installe non loin du lieu de villégiature d’Alma, dans un camping sympa en bord de rivière. Mais le scénario de Félix s’écrira t-il comme prévu ? La belle Alma sera-t-elle vraiment enchantée de voir débouler sans crier gare sa rencontre d’un soir ? Guillaume Brac suit les sentiers faussement balisés de la comédie Nouvelle Vague estivale, dont les représentants incontournables furent Eric Rohmer et Jacques Rozier. Mais il a réussi, tout en gardant le côté délicieux de ses maîtres, à rendre tout à fait contemporain ce type de récit. Grâce en grande partie à la spontanéité de ses jeunes acteurs, à qui il a laissé une grande part d’improvisation dans les dialogues. Les deux comédiens principaux, jeunes Noirs issus des quartiers populaires, ancrent le film dans la France actuelle de la diversité. Sans gommer les enjeux de classe sociale ou de différences culturelles, À l’abordage ne tombe heureusement jamais dans la démonstration lourdingue et évite les clichés, les personnages ne se définissant pas par leur identité mais par leurs désirs, leurs rêves, leurs actes.

Bande annonce