Bergman, une année dans une vie

De Jane Magnusson. Suède. 2018. 1h56. VOST.
Avec Ingmar Bergman, Liv Ullmann, Lars Von Trier …

– Séances du 17 au 23 octobre –

Jeu, Sam: 15h50 Lun, Mar: 11h50

En 1957, à l’aube de ses quarante ans, Ingmar Bergman entre dans une période de productivité sans précédent. Cette année-là, il tourne pas moins de trois films, met en scène quatre pièces de théâtre et conjugue travail acharné avec vie de famille tumultueuse…

– BERGMAN EN 1957 –
L’année 1957 est sans aucun doute l’année la plus productive pour Ingmar Bergman.
La première du Septième Sceau a lieu le 16 février, alors que son adaptation fleuve de Peer Gynt, longue de 5h, s’ouvre au Théâtre National de Malmö le 8 mars.
Le 18 avril est diffusé Mr. Sleeman is Coming sur la chaîne publique suédoise. Le lendemain, sa pièce radiophonique adaptée de La Prisonnière est à l’antenne. Le 2 juillet débute le tournage des Fraises sauvages qui s’achève le 27 août. Le 14 octobre, Nattens Ljus (Night Light), dont Bergman est le co-scénariste, sort en salles. Le 16 novembre, sa pièce adaptée des Joueurs de Gogol est diffusée à la radio suédoise tandis qu’un mois plus tard, sa mise en scène du Misanthrope est créée au Théâtre National de Malmö. Les Fraises sauvages est montré pour la première fois le 26 décembre…
À quoi pouvait ressembler la vie de Bergman lors de cette année faste ? Une femme, deux amantes et six enfants. Comment a-t-il géré sa vie privée et quelle influence celle-ci a-t-elle eue sur son travail, et inversement ? Bergman, une année dans une vie tente de percer le mystère du maître à travers le prisme de cette année magique.

La bande annonce ICI

Publicités