Halte

De Lav Diaz. Philippine. Chine. 2019. 4h36. VOST.
Avec Piolo Pascual, Joel Lamangan, Shaina Magdayao…

– séances du 21 au 27 août –

Jeu: 11h00

Festival de Cannes 2019  « Quinzaine des Réalisateurs »

Deux ans après son magnifique La femme qui est partie, d’une durée – raisonnable pour son réalisateur – de 3h46, voici le nouveau film de Lav Diaz, passionnant cinéaste philippin qui s’extrait des contraintes temporelles pour livrer ce qu’il considère être la longueur adéquate à l’histoire qu’il veut raconter. Halte s’étend donc sur plus de quatre heures et demie : à sa vision, force est de constater qu’un tel format modifie notre position de spectateur, nous immergeant totalement dans l’atmosphère de ténèbres pluvieuses qui habite le film. Succession de saynètes construisant peu à peu le portrait d’un pays marqué par les désastres politiques et climatiques, récit d’anticipation d’un noir et blanc sépulcral, Halte est une œuvre profondément pessimiste et démesurément hypnotique.
Asie du Sud-Est, 2034. Suite à des éruptions volcaniques dans la mer de Célèbes, la région est plongée dans une nuit permanente dans laquelle bourdonnent les drones, fleurissent les épidémies et prospèrent les tyrannies. Une prostituée, une auteure controversée, un mystérieux rebelle, deux femmes des forces spéciales, un dictateur aux portes de la folie… Entre beauté funèbre et farce grotesque, ces protagonistes vont se croiser, avançant inexorablement vers ce que le cinéaste appelle « la mort de la moralité et de la vérité ».

BANDE ANNONCE

Publicités