L’Empire des Sens

De Nagisa Oshima. Japon. 1976. 1h45. VOST.
Avec Eiko Matsuda, Tatsuya Fuji…
Interdit aux moins de 16 ans

– à partir du 26 juillet –

Sa sortie, en 1976, créa un scandale au Japon : c’était la première fois qu’on y montrait l’acte sexuel sans détour. Le film fut censuré ; Oshima, poursuivi. Depuis, les moeurs ont un peu évolué. L’Empire des sens, lui, reste inépuisable. Aujourd’hui comme hier, il nourrit bien des interprétations, signe d’une évidente santé.

A l’origine, le film devait s’appeler Corrida de l’amour. Il s’agit bien en effet d’une cérémonie sacrificielle, fascinante et dérangeante. Ce qui est en jeu, ici, c’est la puissance dévorante du sexe, son obsession, sa spirale infernale. Plus Sada et Kichizo font l’amour, plus ils s’éloignent imperceptiblement du monde, mais aussi l’un de l’autre. Car le désir de Sada est sans fin. Dans cette histoire d’amour absolu, tout est magnifiquement ­réduit à la taille d’un sexe d’homme. Point de lyrisme ni d’obscénité, mais une vision poétiquement triviale, dépassionnée, joyeuse (le couple rit souvent) et morbide. Le huis clos se transforme peu à peu en piège étouffant et jouissif à la fois, où les limites de la vie et du plaisir sont sans cesse repoussées. Et c’est, en toute logique, que la mort couronne cette relation charnelle, violente et mystérieuse. — Jacques Morice