Séance-débat : Octobre 1917

Jeudi 23 novembre à 20h15
Séance-débat : Octobre 1917

projection d’OCTOBRE d’Eisenstein
en présence de l’historien Jean Vigreux

Soirée organisée à l’initiative de l’association Bourgogne Eurcasie
Tarifs habituels / Pré-vente des places à l’Eldo


Octobre

de Sergeï M. Eisenstein. URSS. 1927. Muet. Musique de Chostakovitch.
Le film est présenté dans sa version européenne numérisée de 104 minutes.

C’est un film plein de bruit et de fureur. Muet, mais assourdissant. Par l’alternance de gros plans et de vues d’ensemble, d’images fixes et de mouvements de foule, de plongées et de contre-plongées, Eisenstein suscite le chaos. Et pousse au paroxysme son « montage intellectuel », déjà expérimenté dans La Grève (1924) et Le Cuirassé Potemkine (1925). Ce montage symbolique entrechoque les images pour secouer le spectateur et créer du sens — les plans de mains qui applaudissent le soulèvement populaire entrecoupés d’horloges indiquant l’heure dans différents pays donnent l’illusion d’une euphorie mondiale. Octobre est une commande du parti bolchevique pour célébrer le dixième anniversaire de la révolution de 1917.
Dès 1919, Lénine a compris l’importance du cinéma comme moyen de propagande — devant, donc, être surveillé de près. Eisenstein, qui était alors le cinéaste officiel du parti, fait ainsi de Lénine le chef d’orchestre de la révolution, toujours en action, et de Trotski, associé à un ange une harpe à la main, un faible, naïf et ridicule. Mais Eisenstein, emporté par ses convictions artistiques, va aller trop loin : son formalisme pur se heurte vite aux directives staliniennes, hostiles à l’art pour l’art. Il tournera encore un film en l’honneur des paysans, La Ligne générale, mais devra attendre dix ans, après un exil en Amérique, pour tourner de nouveau dans son pays.

Publicités