Lycée

Films conseillés pour vos classes de Lycée

Bonjour à toutes et à tous,
Pour ce dernier trimestre de l’année, l’Eldorado vous propose une sélection de 5 films que nous avons beaucoup aimés et qui sont particulièrement adaptés à un public lycéen et à un travail en classe. N’hésitez pas à nous contacter pour de plus amples informations, nous serons ravis de vous renseigner !

GREEN BOOK: sur les routes du Sud

greenbook

De Peter Farrelly. USA. 2018. 2h10. VOST. Avec Viggo Mortensen, Mahershala Ali, Linda Cardellini…

En 1962, alors que règne la ségrégation, Tony Lip, un videur italo-américain du Bronx, est engagé pour conduire et protéger le Dr Don Shirley, un pianiste noir de renommée mondiale, lors d’une tournée de concerts. Durant leur périple de Manhattan jusqu’au Sud profond, ils s’appuient sur le Green Book pour dénicher les établissements accueillant les personnes de couleur, où l’on ne refusera pas de servir Shirley et où il ne sera ni humilié ni maltraité.
Dans un pays où le mouvement des droits civiques commence à se faire entendre, les deux hommes vont être confrontés au pire de l’âme humaine, dont ils se guérissent grâce à leur générosité et leur humour. Ensemble, ils vont devoir dépasser leurs préjugés, oublier ce qu’ils considéraient comme des différences insurmontables, pour découvrir leur humanité commune.

***

SANTIAGO, ITALIA

santiago
De Nanni Moretti. Italie. 2019. 1h20. VOST.

En septembre 1973, après le coup d’Etat du général Pinochet au Chili, l’ambassade italienne à Santiago ouvrit ses portes pour accueillir des centaines de réfugiés fuyant la répression. Nanni Moretti honore cette formidable solidarité dans Santiago, Italia : un documentaire historique basé sur des témoignages bouleversants, et qui résonne avec force dans l’Italie d’aujourd’hui…
« En 2017, lors d’une conférence à Santiago, l’ambassadeur italien m’a raconté l’histoire de deux jeunes diplomates qui décidèrent, en septembre 1973, d’ouvrir l’ambassade à des centaines de Chiliens menacés. L’ambassadeur étant alors en Italie, Piero De Masi et Roberto Toscano ont assumé ce choix seuls, dans l’urgence et sans consigne précise de leur hiérarchie ni du gouvernement italien. J’avais entendu parler de cet épisode à l’époque, puis je l’avais oublié. J’ai pensé que raconter aujourd’hui cette belle histoire aurait du sens pour nous, Italiens, spécialistes de l’autodénigrement, qui parlons toujours mal de nous-mêmes…»

***

LE SILENCE DES AUTRES

le silence des autres

De Almudena Carracedo et Robert Bahar. Espagne. 2019. 1h35. VOST.

1977. Deux ans après la mort de Franco, dans l’urgence de la transition démocratique, l’Espagne vote la loi d’amnistie générale qui libère les prisonniers politiques mais interdit également le jugement des crimes franquistes. Les exactions commises sous la dictature et jusque dans les années 1980 (dispari- tions, exécutions sommaires, vols de bébés, torture) sont alors passées sous silence.
Mais depuis quelques années, des citoyens espagnols, rescapés du franquisme, saisissent la justice à 10.000 kilomètres des crimes commis, en Argentine, pour rompre ce « pacte de l’oubli » et faire condamner les coupables.

***

COMPAÑEROS

Companeros
De Alvaro Brechner. Uruguay, Espagne, Argentine. 2019. 2h02. VOST.
Avec Antonio de la Torre, Chino Darín, Alfonso Tort…

1973, l’Uruguay bascule en pleine dictature. Trois opposants politiques sont secrètement emprisonnés par le nouveau pouvoir militaire. Jetés dans de petites cellules, on leur interdit de parler, de voir, de manger ou de dormir. Au fur et à mesure que leurs corps et leurs esprits sont poussés aux limites du supportable, les trois otages mènent une lutte existentielle pour échapper à une terrible réalité qui les condamne à la folie.
Le lm raconte les 12 années d’emprisonnement vécues par trois des gures les plus célèbres de l’Uru- guay contemporaine – dont son ancien président José «Pepe» Mujica.

***

SI BEALE STREET POUVAIT PARLER

si beale street
De Barry Jenkins. USA. 2019. 1h59. VOST. Avec Kiki Layne, Regina King…

Le précédent et deuxième long-métrage de Barry Jenkins, Moonlight, avait saisi par sa beauté formelle qui rendait grâce et dignité à l’histoire écrite par le dramaturge Tarell McCraney, sur l’itinéraire d’un Noir homosexuel aux prises avec la solitude, la cruauté et le crack, dans un ghetto de Miami. Le troisième lm du cinéaste américain, Si Beale Street pouvait parler, qui s’inspire cette fois du roman de James Baldwin, atteint de la même façon par la beauté d’une image dont le grain, la patine et la couleur diffusent im- médiatement une sensualité qui touche les sens. Cette esthétique n’a cependant pas pour seule nalité de provoquer les émotions. Elle célèbre aussi le propos d’un roman qui fait triompher l’amour contre injustices sociales et racisme.

 

***

Modalités pratiques

Tarif :
4€ par élève / Gratuit pour les accompagnateurs

Séances sur réservation, dates et horaires à votre convenance.
Séances possibles jusqu’à la fin de l’année scolaire

03 80 66 51 89
eldo@orange.fr

Publicités