Histoire des cinémas dijonnais

Quand a eu lieu la première projection de cinéma à Dijon ? Quelle fut la première salle de cinéma dijonnaise ? Où eut lieu la première projection en couleur ? Quel cinéma a sorti Le Chanteur de jazz ou Blanche-Neige et les Sept Nains ? Qui dirigea Culture cinéma ? Savez-vous qu’il y a eu deux cinémas rue d’Auxonne ? qu’il y en avait eu un rue Jean-Jacques ?

Je vous propose d’essayer de redécouvrir l’histoire de l’Eldorado et des autres salles de cinéma dijonnaises. Et pas seulement des salles, mais aussi des lieux, places, café, ciné-club… où ont été projetés des films. Une histoire anecdotique que j’essaierai de replacer dans l’histoire de l’exploitation française, dans le but de mieux comprendre la situation actuelle, au rythme d’un épisode par mois pendant 2016, année du 120anniversaire de la première projection publique dijonnaise. En guise de préambule, un texte consacré à Aglaé Foveau, celui des bals. Hors sujet ? Peut-être, mais pas sans liens avec l’histoire de l’Eldorado — et de l’Olympia…

Je ne suis ni historien, ni technicien du cinéma, juste un amateur. Vous trouverez peut-être des informations fausses, imprécises, incomplètes… N’hésitez pas dans ce cas à m’envoyer vos remarques, corrections, anecdotes personnelles !  Peut-être possédez-vous des documents, textes, images, enregistrements sonores ou audio-visuels, des souvenirs de la vie cinématographique dijonnaise. Pourquoi ne pas les partager ?

En guise de préambule : Foveau ouvre le bal
Où il est question de danse, de boisson et de politique, où il apparait que Suzon a précédé Musset, et où le spectateur superstitieux se rassurera en apprenant que ni l’Eldorado, ni l’Olympia n’ont été construits sur un cimetière indien.
[Mise en ligne : 31 décembre 2015 ; dernière mise à jour : 11 janvier 2016]

Premier épisode : Le cinématographe est dans nos murs (1896–1899). À paraître.

Annexe 1 : Quelques éléments de l’histoire de l’Eldorado.

Merci à tous ceux qui ont partagé leurs connaissances avec moi, en particulier Matthias Chouquer, Didier Loranchet et Michel Pernot.

Archimède

Publicités